Clayton Kershaw, souviens toi de Houston

Un game 5 de légende, une star qui s'écroule. Tel était le constat de la partition compliquée de Kershaw, dans ce match contre les Astros, lors des world series de 2017. Mais suite à l'affaire des vols de signaux dans laquelle s'est embourbée Houston, remettons en perspective ce match décisif dans l'obtention du premier titre "Houstonien"...


13-12 Houston après 10 manches. Un match pourtant si bien commencé par les dodgers (4-0 au moment où Kershaw revient sur le monticule dans la 4e manche). Mais cette 4e va ressembler à une descente aux enfers pour le 22 des Los Angeles dodgers: il abandonne 4 points sur cette manche dont un 3 run Homerun de Gurriel (traduction: lui et ses 2 amis déjà placés ont pu rentrer à la dernière base et scorer).












Il finit tant bien que mal cette 4 e reprise, ses "amis" vont relancer la machine et reprendre 3 points d'avance, mais le lanceur gaucher va de nouveau flancher: alors qu'il a écarté deux batteurs et qu'un 3e signifierait la fin de la manche, il va autoriser deux walks (ou Base on Balls, littéralement des jeux où Kershaw n'ayant pas attrapé la zone de prise délimitée 4 fois contre le batteur, ce dernier passe automatiquement en 1ère base). Résultat, il est retiré au profit de Maeda, qui va laisser Houston égaliser grâce à Jose Altuve.

La suite est passée à la postérité avec ce match digne d'un thriller, et d'une issue bénéfique pour les Astros, qui finiront par remporter les world series.


L'impact potentiel des vols de signaux

Alors ce retour aux world series de 2017 est sympa, mais pourquoi en parler aujourd'hui (faux suspens je sais)?

L'actualité baseball, avec les péripéties de Houston et ce fameux scandale du "sign stealing", c'est à dire l'activité qui voit une équipe tenter, ici par des voies illégales (caméra), de voler les signaux montrés par le receveur à son lanceur, afin d'anticiper le type de lancer qu'enverra ce dernier, semble être une raison légitime. Cette tactique, couplée à une communication moins technologique mais non moins astucieuse (sifflements et légers coups sur des poubelles, le "morse du pauvre"), leur a donné un avantage sur les équipes affrontées, notamment les Yankees et donc les Dodgers.


Les révélations de ce scandale ont bien entendu eu des conséquences à Houston (voir par ici), et le commissioner (l'équivalent du président de la ligue de football par exemple) de la MLB Rob Manfred a vite agi afin de ne pas trop recevoir "d'éclaboussures". Chacun le sait, tout scandale impliquant un membre (joueur, dirigeant, etc) d'une ligue affecte cette ligue. De même les Astros ont répliqué assez rapidement pour se dédouaner vis à vis des dirigeants suspectés et incriminés.


La ligue s'est protégée via des sanctions? Check. La franchise s'est protégée via des sanctions? Check. Je n'oublie pas quelque chose?...


Et les vaincus dans tout ça?

"L'honneur est sauf" pourrait-on imaginer. Mais les adversaires des Astros, notamment du côté de la cité des anges, comment doivent-ils se sentir après ces récentes breaking news?

En effet, même si la tricherie est avérée, et que la ligue s'est empressée de prendre l'affaire par le bon bout (il a même été demandé aux joueurs de ne pas réagir dans les médias, une fois l'affaire passée de spéculation à incrimination), le titre de 2017 reste la propriété de Houston, et cette affaire ne ramènera pas ce titre à Los Angeles.

L'homme symbole des perdants, Clayton Kershaw, est passé de joueur incroyable (il l'est toujours j'exagère volontairement le propos) à responsable (en partie) d'une défaite pivot dans les World Series. Cela lui a valu pas mal de griefs dans les médias, sur les réseaux sociaux. Les gens lui sont tombés dessus assez rapidement (l'habitude de notre société: on adule aussi vite qu'on descend quelqu'un :) ), et lui-même a certainement dû faire des cauchemars de ce fameux Game 5.

Je me mets maintenant à sa place (aussi humblement que possible^^): en apprenant que les texans se seraient aidés d'une tactique "autorisée" en y ajoutant des éléments non autorisés (oui le vol de signaux est une tactique autorisé, ce qui ne l'est pas c'est l'inclusion d'une technologie comme une caméra, hors caméra des médias) pour le mettre à terre, le sentiment d'injustice serait à son paroxysme. Dans mon esprit, la défaite, les critiques, la perte du titre, je les associerais inconsciemment à cette affaire.

Et ce même si, rien ne dit que l'issue de ce match, des autres voir de la série eut été inversées. C'est tout simplement humain. Je me serais certainement dit "on m'a privé de ce pourquoi je fais ce sport tous les jours, de la consécration par le titre collectif de ma league, et j'ai été traîné dans la boue injustement".


Quand on sait que l'année suivante, nouveau World Series pour la bande à Kershaw, et nouvelle défaite face aux Red Sox, l'autre équipe soupçonnée d'avoir fait dans le vol de signaux, en 2018 (Coïncidence? Non plutôt Alex Cora, membre du staff des Astros en 2017, et manager des Red Sox en 2018, si j'ose dire)... j'en imagine bien un sous le choc.


Courage Clayton...







28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout