The book of ELI

Fort de 16 saisons au sein des Giants, et malgré le débat vis à vis de son bilan victoires défaites, ré ouvrons les pages du livre de ce quarterback qui n'aura, au final, jamais laissé quiconque indifférent.



Chapitre 1: Draft et premières années

Fort de 4 années chez les Rebels d'Ole Miss, au cours desquelles il cumulera 43 matchs joués, 841/1383 à la passe (I do the math for you, 60.8%), 10286 yards, 84 TD, 36 INT et pour les férus d'éval, un 138.1, Eli est drafté en 1 ère position lors de la draft 2004, par les Chargers. Pour la petite histoire, il n'était pas très chaud pour y aller, ce qui a résulté en un trade avec les Giants (coucou Philip Rivers).

Tout d'abord dans les roues de Kurt Warner (y a pire comme QB titulaire quand même), Eli dispute tout de même 9 matchs lors de sa saison rookie.

En 2005, bye bye Kurt, Eli devient le titulaire à part entière des Giants. Et on entrevoit ce qui va définir ce joueur: big play, calme et jamais dans l'abandon, mais à côté faible moyenne de complétion vs int (24 passes de touchdown pour 17 interceptions cette année là), et au final un bilan total plutôt moyen. Cette saison, les Giants remportent la NFC East, et Manning finit dans le top 5 des QB.

2006 arrive, et le fidèle chevalier de New York va se battre contre vents et marées (notamment les blessures de joueurs clés), pour parvenir à qualifier de nouveau ses Giants pour les playoffs (défaite contre les Eagles). Pas de grosse amélioration dans ses performances, mais une lutte une partie de la saison sans son LT, ce qui lui donnera pas mal de sueurs froides.

Mais le meilleur est à venir...


Chapitre 2: Eli, Kryptonite des Pats

La saison 2007 est une saison de hauts et de bas. Critiqué publiquement par le co-proprio de la franchise, Eli se bat tout au long de la saison, et avec une défense sur la pente ascendante, qualifie les New Yorkais pour les playoffs avec un bilan de 10 victoires pour 6 défaites. Mais la vraie question qui se pose c'est va-t-il franchir des tours lors de ces playoffs?

Et bien, ils vont dépasser les attentes: Victoire à Tampa Bay, chez Tony Romo et ses cowboys, à Green Bay, avant de finir en apothéose avec un upset contre l'équipe de Brady et Moss avec le fameux... Helmet catch!













A la surprise générale, Eli et sa bande sont bagués après être passé par une longue série de playoffs (dès les wild cards).

Après cette saison 2007, les Giants font une bonne saison 2008 (battu en playoffs), une moins bonne 2009 avec quelques soucis de blessure de Manning (pas de playoffs), une bonne saison 2010 mais toujours pas de playoffs.


2011 arrive, Eli, prophète en son pays, se permet quelques déclas qui vont lui valoir des critiques (des déclas sur son niveau, une comparaison à Tom Brady, "une rixe s'ensuit", etc...). Les Giants vont se qualifier de justesse en playoffs (tiens tiens, retour vers le futur?) avec un bilan de 9-7, et vont de voir de nouveau faire un marathon, s'ils souhaitent s'octroyer le droit de participer à un nouveau superbowl. Et bien que vont-ils faire? La même chose qu'en 2007:

  • Victoire contre les falcons d'Atlanta

  • Victoire contre "Magic" Rodgers et les packers

  • Victoire contre les 49 ers de San Francisco

Ce qui va leur permettre de rejouer contre les Patriots (comme un boss final de jeu vidéo) au superbowl:

  • Victoire malgré le fameux TD accidentel de Bradshaw, 24-21, contre les grands méchants (bien malgré eux), avec un Eli Manning de nouveau MVP du superbowl.

Le paradoxe Manning dans toute sa splendeur, il est le premier QB de l'histoire à emmener son équipe à la victoire finale, en ayant engrangé moins de 10 victoires en saison régulière, sans avoir de jeu de course (32e de NFL à la course), et avec une défense en mode portes ouvertes de salons internationaux (27e de NFL).


Chapitre 3: Descente et Legacy

2 bagues en 5 saisons, 2 fois MVP du superbowl (seuls 4 autres joueurs l'ont été dans l'histoire), la carrière d'Eli sur le papier du palmarès tient la comparaison avec son grand frère, Peyton.

Malheureusement, cette saison sera la dernière reluisante d'Eli et sa team. Le livre d'Eli va prendre une tournure plus moyenne, voire médiocre certaines saisons. De 2013 à nos jours, les saisons seront négatives (sauf la 2016, wouhou!) et les qualifications aux playoffs se résumeront à cette fameuse saison 2016, playoffs perdus dès les wild cards contre les Packers.

Lors de la saison 2019, Eli perd même son job de titulaire officiellement, au profit de Daniel Jones, rookie fraîchement débarqué de Duke.

Au bout de 16 saisons à Big Apple, Eli Manning clôture son livre avec :

  • 236 matchs joués

  • 117 victoires 117 défaites (oui juste hein?)

  • 60.3% de passes complétées en carrière

  • 57023 yards amassés au total à la passe

  • 7 yards gagnés par passe

  • 366 TD

  • 244 Interceptions

  • Records de franchise en passes complétées et Yards amassés à la passe

  • 4x Pro Bowl...


Un petit lien ici


Donne aux autres plus qu'à toi même

7 vues0 commentaire