"War Zone" de fin de saison : Ils vont nous manquer!


La saison est terminée depuis trois semaines environ, et nombre de stars du College Baseball ont entendu leur nom être appelé lors de la draft qui a eu lieu il y a dix jours. Je vous ai laissé digérer tout ça, et aujourd'hui on se fait un petit bilan de la saison universitaire, de la draft avant de prendre des "vacances" bien méritées!


La belle Arkansas, symbole d'une SEC solide


Lorsque l'on veut faire un petit bilan de la saison écoulée, beaucoup de paramètres entrent en compte, afin de ne pas s'embourber dans nos souvenirs, et de produire une narration à la hauteur de l'exercice.

Nous avons eu l'occasion de souhaiter la bienvenue à des programmes de deuxième division (coucou Bellarmine ou UC San Diego), de même que de dire au revoir à d'autres (Adieu Boise State ou encore NC Central). Nous avons vu certaines fac bouger de conférence (merci le réalignement) et avons surtout pu contempler l'une des plus belles saisons de baseball universitaire d'une équipe d'Arkansas qui était pourtant loin de faire figure de favori à l'entame de la saison.



La bande à Kevin Kopps (le vainqueur du Dick Howser trophy et Golden Spikes) a bluffé tout son monde avec un bilan collectif de 22 victoires pour 8 défaites en SEC, un titre de champion de saison régulière, avant de remporter également le SEC championship dans la foulée. Un groupe homogène, une offense souvent inarrêtable et donc un releveur d'exception, voila la recette des Razorbacks en cette saison 2021. Sur la saison régulière, Arkansas n'a perdu qu'un seule série, à Louisiana Tech, courant mars, et lorsque l'on sait que les "Techers" sont pensionnaires de Conférence USA, on en déduit avec perspicacité que les joueurs de Coach Dave Van Horn n'ont concédé aucune perte de série dans leur conférence, certainement la plus relevée du pays.

Alors oui, Arkansas a subi la dure loi de la surprise de la fin de saison, NC State, lors de super regionals renversants, les écrasant 21-2 lors du premier match avant de perdre les deux suivants d'un run (5-6 puis 2-3). Pas de 7e College World Series pour le coach et ses Razorbacks depuis son intronisation, et une frustration chez pas mal de fans, qui ont été pourtant gâté cette saison, et même en général, car ne vous y trompez pas: Arkansas n'était pas attendu si haut en terme de domination, mais reste une place forte du college baseball avec 10 participations à des College World Series dans son histoire, et surtout des bilans de régulière bien souvent positifs.

Pour finir, lorsque l'on s'aperçoit que la finale des College World Series s'est jouée entre deux formations concurrentes de SEC, l'ex tenante du titre Vanderbilt, et la nouvelle égérie du baseball universitaire, Mississippi State, on se rend compte de la force d'Arkansas sur cette saison 2021!




Les mentions: NC State et Notre Dame, fiers représentants de l'ACC



Si la PAC-12, par Arizona et Stanford a été bien représentée lors des College World Series, tout comme la Big12 par un Texas qui fait des siennes en ce moment (demande de rejoindre la SEC, ce qui met en danger tout l'écosystème de l'actuel Big 12), l'ACC a su placer deux équipes dans les CWS, parmi lesquelles une que l'on attendait pas forcément: NC State. La meute de loup (c'est leur surnom, pas un jeu de mots) est montée en puissance tout au long du tournoi national, avec en point d'orgue l'élimination d'Arkansas et surtout la possibilité gâchée par le COVID, d'atteindre pour la première fois de son histoire les Finals! Les coéquipiers de Jonny Butler, sélectionné au tour 14 par les A's d'Oakland, ont donc vu leur superbe run arrêté par le virus, même si nul ne peut affirmer qu'ils auraient pu passer l'ogre Vanderbilt (pour rappel, lors de la finale de groupe Vanderbilt avait remporté la première manche).


Autre équipe ACC de ma mention, qui elle a échoué à l'échelon précédent, les Super Regionals, face aux futurs vainqueurs des CWS, Notre Dame! Les fighting Irish ont eux été clairement la surprise de la saison. Alors que l'on attendait plutôt des Louisville, Georgia Tech et autre Miami, la bande à Niko Kavadas, l'un des meilleurs joueurs de la saison et drafté par les Red Sox au 11e tour, a terminé la saison régulière en ACC avec le meilleur bilan de cette conférence, et semblait clairement en mesure de se battre pour un spot dans les 8 meilleurs college de la saison. Cela s'est joué à peu, avec une défaite 2 matchs à 1 face aux Bulldogs, et un sentiment mêlant fierté et frustration pour les fans.


Ils vont nous manquer


La saison s'est donc terminée par la victoire de Mississippi State et de son MOP, Will Bednar, qui à l'heure où j'écris s'approche d'un accord avec les San Francisco Giants (sélectionné en 14e position) et qui va nous manquer. Il n'est pas le seul, et je ne vais pas tous vous les donner mais voici une liste de quelques joueurs qui nous manqueront en NCAA D1 Baseball en 2022*:

Henry Davis, sélectionné par les Pirates

Jack Leiter et Kumar Rocker, respectivement sélectionnés par les Texas Rangers et les New York Mets

Colton Cowser, sélectionné par les Orioles

Sal Frelick, sélectionné par les Brewers

Matt McClain, sélectionné par les Reds

Jordan Wicks, sélectionné par les Cubs

Gavin Williams, sélectionné par les désormais Guardians

Ty Madden, sélectionné par les Tigers

Aaron Zavala, sélectionné par les Rangers

et mon joueur préféré, Jaden Hill, récupérant d'une Tommy John, sélectionné par les Rockies... Oui je n'ai pas mentionné une multitude de joueurs (McGreevy, Sweeney, Cusick etc...) mais c'est pour dire, que comme chaque saison les meilleurs nous quittent, des nouveaux talents les remplacent, et on va continuer ce cycle d'attachement, spéculation, déception/joie liée aux joies de la draft et de ce sport...



La draft, on en parle rapidement pour finir maintenant!


Une première vue potentielle des vainqueurs - perdants de cette draft 2021


Qui dit draft, dit donc spéculation. En effet, on se positionne sur des joueurs au potentiel évalué, réévalué, et on sélectionne ceux qui semblent remplir les critères spécifiques de notre sélection... dans nos mocks draft, avant de voir nos GM préférés partir sur d'autres options et les maudire en leur rappelant que nous sommes bien meilleurs qu'eux et qu'ils devraient nous dédommager! Je m'égare un peu mais c'est le jeu de la draft.

Nous ne sommes pas au fait des interviews entre joueurs et dirigeants, ni des stratégies de nos franchises préférées vis à vis des Draft Bonus Pool et comment ils souhaitent les dépenser.

Enfin et c'est surement le plus important, on sait qu'un joueur drafté va devoir se faire les dents dans les mineures pour quelques années, et donc juger d'un potentiel avant même son entrée dans ce nouveau monde peut sembler précoce, exagéré, hors propos (prenez le terme qui vous sied).

Après toutes ces précisions faites, voici, selon mon humble avis mes trois grands gagnants potentiels de cette draft tout d'abord:


Mes 3 potentiels gagnants de la draft

Les Boston Red Sox:

D'autres équipes vont arriver ensuite, mais pour moi les Red Sox, compte tenu de leur position et des joueurs qu'ils ont pu récupérer, sont dans cette caste des vainqueurs: En sélectionnant en 4e position, ils ont obtenu le talentueux Marcelo Mayer, considéré dans le moneytime pré draft comme le meilleur prospect de cette cuvée. Le pick suivant n'est autre que la déception de la saison côté Florida, Jud Fabian. Lui qui était considéré comme un top 5 pick en présaison n'a pas réussi à véritablement entrer dans sa saison en terme de régularité (car en terme de chiffres bruts il est tout de même allé chercher 20 HR, 51 run et 46 RBI en 225 at bat), et confirmer ce que l'on attendait de lui après un départ formidable en 2020, pré COVID. Il est tombé en 40e position, ce qui est au moins un bon coup, et au mieux un steal! Reste à voir ce qu'il va décider...

Les Detroit Tigers:

Je ne les ai pas cité en premier mais les Tigers ont pris un pari à première vue avec le très talentueux lanceur lycéen Jackson Jobe en 3e position. Lorsque je parle de pari, ce n'est nullement une question de niveau, lui que certains voient comme le meilleur pitcher de cette cuvée, devant le monstre à deux têtes de Vanderbilt. Mais on peut toujours s'imaginer que certains joueurs à d'autres positions auraient pu être pris à cette place (Mayer, Lawlar, Watson...). Par contre assurer derrière avec Ty Madden, l'un des meilleurs lanceurs universitaires du pays, en 32e choix, c'est assez fort pour être souligné. Pacheco ou encore Dylan Smith sont autant de bons choix qui confirment Detroit dans mon top 3.



J'ai longtemps hésité avec les Cincinnati Reds (qui ont récupéré McClain, Matheu Nelson ou encore Andrew Abbott) mais je reste avec les Marlins, qui ont surtout fait deux premiers choix à fort potentiel! Khalil Watson que l'on attendait dans le top 10, a glissé jusqu'en 16e position où Kim NG et Derek Jeter l'attendaient, les bras grand ouverts. Miami qui a ensuite sélectionné un autre joueur à fort potentiel, en plus d'être un besoin, avec le catcher Joe Mack! Deux joueurs lycéens, avant d'aller nous chercher des joueurs référencés du college baseball comme Tanner Allen, Pat Monteverde ou encore Brady Allen. Une draft, qui fait la part belle à des joueurs au grand potentiel, et d'autres dont le plafond semble plus bas, mais qui pourraient contribuer au final assez rapidement, si tout se passe bien.


Avant de passer au 3 perdants potentiels, petite mention qui concerne les Mets (pourquoi? parce que!) qui ont vu leur tomber dans les bras Kumar Rocker... et qui ont ainsi pu se positionner sur l'un des meilleurs joueurs de ces 3 dernières années en Université.


Mes 3 potentiels perdants de la draft

Oui bon ça ne veut au final pas dire grand chose, mais puisque j'ai donné 3 gagnants, autant en donner "3" dont les choix sur le papier semblent en deçà de ce qui aurait pu être pris (Mme Irma vous salue). Cette partie est d'ailleurs plus délicate à jauger, car à première vue, il n'y a rien d'exceptionnellement surprenant.

Mention mais je ne les mets pas dans mes perdants: je parle bien évidemment des Astros, qui s'en sortent pas mal avec leur choix, Tyler Whitaker, en 87e position, mais ils n'étaient pas aidés par leur punition...

Les Baltimore Orioles:

Si Connor Norby semble un très bon choix en 41e position et si les choix suivants semblent proche de ce qu'ils auraient pu espérer (voir mieux avec Reed Trimble), le choix de Colton Cowser a eu de quoi surprendre certains fans. Cowser est l'une des battes les plus sûres de la draft, un outfielder classé parmi les meilleurs du college baseball. Mais lorsque tu as des joueurs à fort potentiels, sur des positions potentiellement intéressantes (shortstop notamment) disponibles, et qu'il semble que tu aies des joueurs en développement dans ces positions de champ extérieur, même Cowser peut paraître comme un choix "perdant".

Les Yankees de New York:

Encore une fois, avant de me sauter à la gorge, ceci est un avis subjectif... Sur le papier, Trey Sweeney ressemble à un bon fit, lié à un besoin récurrent côté Bronx: un shortstop, qui a fait une belle saison statistique du côté d'Eastern Illinois. Mais il semble que des questions se posent quant à sa qualité face aux balles à haute vélocité, ainsi que sa propension à couvrir assez de terrain défensivement, tout comme à travailler sur base offensivement. Pas le plus grand des athlètes, les questions se posent avant tout sur le fait de l'avoir sélectionné aussi haut. Brendan Beck, sélectionné avec le choix 55, est un lanceur intéressant, en provenance de Stanford, pas forcément le plus sexy, mais auteur d'une grosse saison avec les Cardinals. Doug Nikhazy, en provenance d'Ole Miss, sélectionné un peu plus bas, aurait pu être un autre pitcher pris à cette position.



Le College Baseball:

J'aurais pu continuer en plaçant les reach surprenant comme le pick 7 des Royals, mais les picks des tours suivants compensent selon moi ce choix surprenant. Et qu'on soit bien clair, aucun des choix me semble complètement aberrant. C'est pourquoi j'ai décidé de finir par le potentiel perdant de cette draft, le college baseball. Comme dit plus haut c'est le cycle de vie universitaire, et nul doute que de jeunes talents vont faire oublier ceux partis cette année. Mais il fallait que je termine cette saison de baseball universitaire en parlant de cet environnement qui perd chaque année ses meilleurs jeunes.



C'est officiellement le dernier billet "War Zone" de la saison, et je suis content de l'avoir partagé avec vous, qui êtes de plus en plus nombreux. Vous me direz ce n'est pas compliqué alors qu'un an auparavant j'étais mon principal lecteur (quelle mauvaise langue).

Merci de m'avoir suivi sur ces joutes universitaires, j'espère que cette petite conclusion vous plaira, et on se retrouve sur Youtube, sur Hype entre autres pour du nouveau contenu!


*On rappelle bien évidemment que tout dépend de si le joueur signe ou non. S'il ne signe pas, et qu'il n'est pas senior, il pourra retourner au college, dans son college ou transférer dans un autre... d'autant que maintenant c'est encore plus facile, car fini les "redshirt"


62 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout